A PROPOS

Jean Serolle, sculpteur de la couleur

A chaque fois que je lève les yeux vers une toile de Jean Serolle, c'est d'abord elle que je vois. La profondeur. Rarement toiles ont paru moins plates, moins lisses. Et pourtant, certaines sont des monochromes. Mais c'est que Jean Serolle ne peint pas ses monochromes, il les sculpte. Son occupation favorite, au fond, est de sculpter la couleur. Et de faire de ses sculptures des tableaux. Quelle que soit la technique qu'il utilise, toujours la profondeur est là , qui donne forme aux pigments et vie à  la couleur. Les couches peuvent se superposer et les traits se multiplier, jamais rien n'est de trop. Aucune surcharge, ni saturation. Car, toujours, des interstices se libèrent, des fenêtres s'ouvrent, et dans ses toiles, l'essentiel est là  : dans les entrebaillements, les creux. Si infimes puissent-ils être parfois, c'est bien en eux que se niche la profondeur. Et c'est d'eux, souvent, que jaillit la lumière. L'une de ses plus belles séries, peut-être l'une des plus emblématiques de son oeuvre, ne se dénomme d'ailleurs-t-elle pas « Traits d'Union » ? On croirait y voir des palissades dont les teintes et les reflets varient au gré des heures du jour et de l'ensoleillement. Or, chacun le sait depuis l'enfance : le plus intéressant dans une palissade, c'est ce qu'il y a derrière, que l'on tente de deviner entre les planches de bois en approchant son oeil. Derrière les palissades de Jean Serolle aussi, tout un monde nous attend, que l'on devine par les interstices de la toile, qui attise notre curiosité et nous invite à  explorer. J'ai connu les deux derniers ateliers de Jean Serolle. Tous deux situés en lisière de rue. Je ne crois pas que cela soit un hasard. S'il n'y puise son inspiration, au moins en tire-t-il la matière de ses créations. Il m'a toujours semblé qu'il y avait du Villeglé ou du Rotella chez ce peintre. Son art, que d'aucuns jugeront abstrait, a pourtant bien quelque chose d'un réalisme. Peut-être même faudrait-il dire d'un naturalisme, tant ses à Rondo » ont quelque chose de lunaire¦ Dans ces ateliers, j'ai vu Jean travailler avec autant de concentration que de joie. Sa joie m'a marqué, car elle est rare. Jean ne joue pas à l'artiste. Il ne s'en donne pas les airs. Il est peintre avant d'être artiste, et il a effectivement été sculpteur avant d'être peintre. Peut-être est-il tourmenté comme nous pensons que doit l'être un artiste ? Peut-être ses oeuvres le préoccupent-elles plus qu'il ne le laisse paraître ? Je ne suis pas dans le secret de son âme. Ce que je sais, c'est que c'est dans la joie, toujours, qu'il travaille, et dans la joie, encore, qu'il accueille ceux qui pénètrent dans son atelier. La porte, d'ailleurs, en est le plus souvent ouverte, ou entrebaillé¦ qui attise notre curiosité et nous invite à  explorer.

Gérome Truc

"SALONS"

2008 MAC PARIS
2008 Réalités Nouvelles
2006 Salon de Mai

"EXPOSITIONS PERSONNELLES"

2013 Jean-Pierre BARBANCE  Designer - PARIS
2011 ESPACE TRENTE -PARIS
2010 Galerie 15 /15  Hotel de Sèvres - PARIS
2009 Jean-Pierre BARBANCE  Designer - PARIS
2008 Galerie KASA BEN  SOLENZARA - CORSE
2008 Galerie du Montparnasse - PARIS
2007 Galerie BUGATTY - DEAUVILLE
2007 Galerie KASA BEN  SOLENZARA - CORSE
2006 ESPACE TRENTE - PARIS
2005 Galerie BUGATTY - DEAUVILLE
2005 Galerie ARTEMPOREL - PARIS
2005 Galerie DECOLIGHTING  SAINT-OUEN
2004 Galerie ARTEMPOREL - PARIS

"EXPOSITIONS COLLECTIVES"

2002 POLO-GALLERY  TURKU FINLANDE
2001 ART CONTEMPORAIN 2000 Espace Auteuil

" EXPOSITION PERMANENTE"

Galerie Jungmann

www.galerie-jungmann.com